Immigrant lao francophone en affaire à Vientiane au Laos podcast 14

S’installer au Laos, ouvrir un commerce, restaurant

Dans cet épisode spécial Laos : Ouvrir un business au Laos et le retour d’un immigrant d’origine laotienne.

S’installer au Laos, ouvrir un commerce.

Plusieurs d’entre nous s’intéressent à l’Asie du Sud-Est avec une passion contagieuse. On se demande si ça ne serait pas le bon moment pour quitter sa vie tranquille et se lancer dans cette ruée vers l’or asiatique. Tout est possible. Il suffit de se préparer, faire les bons choix et être patient. Perdu en Asie s’est donné la mission de couvrir plus que le simple voyage : le voyage de toute une vie. Pourquoi attendre le bonheur ? Il est peut-être là où vous n’avez jamais mis les pieds. On peut trouver une famille, un nouveau marché, des contacts, une femme, une raison de vivre, un fantastique moyen de recommencer sa vie sous une bonne étoile et bien plus.

 

Lire
podcast expat ouvrir une business ou commerce au laospodcast expat asie cambodge
Cet article et ce podcast est paru originalement sur Getlostinasia.com

 

ouvrir un commerce, restaurant au laos

Retour au pays pour partir en affaire à Vientiane au Laos

 

On rencontre des gens qui ont franchi le pas. Ils ont tout plaqué et ils sont venus à Vientiane au Laos pour ouvrir un restaurant. Un milieu qu’ils ne connaissaient pas du tout avant de plonger la tête la première, sans filet de sécurité. Van, d’origine laotienne et immigrée à Québec au Canada et son conjoint Joseph sont venu ouvrir un vrai restaurant-bistro-pub comme chez nous, poutine, club, pizza, au Laos. « Fou » vous allez me dire. C’est faux ! Ils sont heureux comme des poissons dans l’eau. Vous allez voir, ils sont dynamiques, électriques et ils soufflent un vent positif sur le Laos. Allez prendre un petit verre de vin avec eux lors de votre passage à Vientiane. Vous verrez que leur passion est contagieuse.

 

Joseph était opticien d’ordonnance et Van travaillait dans un bureau de courtage où elle gérait la boîte de sa soeur. La restauration et le Laos, c’était nouveau, mais ils ont réussi. « Ça fait 8 mois et on ne regrette pas une seconde. C’est sûr, on travaille deux fois plus fort, mais on est vraiment satisfait de notre résultat.

C’était notre décision, on n’a pas hésité une seconde, ‘le timing’ c’est là ou jamais…

Le grand rêve, le changement et l’aventure. On travaille pas pour le gouvernement, on travaille pour nous… »

 

Certaines petites difficultés qu’ils ont rencontrées à la création de leur entreprise au Laos :

– Dur de trouver de la main d’oeuvre qualifiée et fiable.
– Mettre la main à la pâte, être positif, passionné, patient.
– La notion du travail, pas de notion de temps, les travailleurs n’aiment pas les remarques.

 

Voici les coordonnés pour les rejoindre :

Soho Simuang Pizzeria & Rotisserie

Setthathirath Road, Simuang, Vientiane, Laos

Tél.: 2054971273

 

Voici une critique trouvée sur Tripadvisor.com : « Bonne pizza – et la poutine aussi ! » – Avis écrit le 16 février 2014. Soho est situé sur Setthathirath Road, à environ 50 de Wat Simuang. Restaurant spécialisé dans les pizzas, y compris une bonne gamme de calzone, avec des viandes rôties, des paninis et aussi la bonne poutine québécoise. Un petit restaurant relaxe, confortable, très populaire auprès des Lao et des expatriés, avec un service amical de Van et Joseph, les propriétaires. Les commandes à emporter sont disponibles. Certaines personnes trouveront les pizzas 10 pouces un peu petites, mais elles sont très savoureuses.

 

retour au pays migrant lao, laotien, ouvrir

Ensuite, j’ai rencontré un autre Lao québécois nommé Souriya que j’ai connu sur le groupe Facebook « lao et laotien du Québec ». C’est un québécois comme tous les autres, mais c’est aussi un fils d’immigrant laotien qui a quitté la guerre pour venir s’installer à des milliers de kilomètres. Pour vivre avec une autre langue difficile, dans le froid et repartir de zéro, ça demande une volonté de fer.

 

On parle de ses origines laotiennes, de son enfance au Québec, de sa culture, de ses visites au Laos et de ses projets d’avenir. Il a des racines laotiennes très riches transmises par ses parents. La plupart des laotiens ou des asiatiques gardent une bonne partie de leurs traditions et de leur culture : le bouddhisme, les cérémonies de bénédiction, de bonne chance, leur nourriture, un esprit de famille et de respect des autres souvent très présent.

 

 

restaurant lao opere laotienMême s’il n’a pas eu toutes les réponses à ses questions de la part de ses parents,

il a eu le goût depuis sa plus tendre enfance de s’informer et d’en savoir plus sur le pays d’origine de ses parents. Cette force non résiliente qui pousse plusieurs enfants d’immigrant ou migrant à revenir sur les lieux de leurs origines pour comprendre et poursuivre l’histoire me passionne. Souvent, ils sont partis dans une situation difficile, tout laisser derrière en emportant que des cicatrices, mais l’appel est plus fort.

Le restaurant Cambodiana Express de la famille de Souriya :

http://www.camboexpress.com/

4125, BOUL. DES FORGES TROIS-RIVIÈRES, QUÉBEC.G8Y1W2CANADA
819-375-2525

Le retour des immigrants et des enfants d’immigrants laotiens

Le retour de migrants lao n’est n’est pas une chose anodine ou isolée. C’est un apport indispensable pour assurer un avenir prospère tourné vers le marché mondial. Ces gens qui retournent vers leurs origines vont se trouver eux-mêmes ou leur famille pour faire la paix avec le passé. Pour bien des pays ayant souffert de la famine ou de la guerre, ces retours donnent l’espoir que les choses sont tournées vers un avenir meilleur.

 

Voici maintenant quelques extraits marquants de ses entrevues :

 

« Ça fait un an qu’on est ici, mais on est en affaires depuis huit mois seulement. Notre choix était évidemment qu’on vient du Canada, de Montréal et Québec,  et qu’il fait froid là-bas. C’est une grande décision liée au climat. On ne supportait plus le climat, on cherchait un pays plus chaud, où c’est agréable de vivre et de travailler. Ça a été notre choix, le Laos, parce que je suis né au Laos. J’ai de la famille aussi mais ça a été une très grande décision. C’était surtout de vivre d’autres expériences, d’autres défis ! » – Van et Joseph

 

« Effectivement, il y a beaucoup de gens qui reviennent. Parce qu’ils ont le terrain des parents où ils doivent venir pour continuer le travail, venir prendre la relève. Mais il n’y a pas assez de jeunes qui sont instruits qui décident de venir s’installer. Moi, je souhaite que ça commence, parce que le Laos a besoin de gens qui sont formés et qui ont des connaissances. Ça a beaucoup changé le Laos. C’est rendu qu’ils parlent l’anglais et moins le français, car c’est plus difficile. Ça a évolué tranquillement depuis le protectorat français. On voit même des écoles de « business » qui enseignent en anglais. » – Van

ouvrir un restaurant au laos

 

« C’est ce qu’on ressent ici, le côté international. Il y a des Canadiens, des Américains, des Australiens, des Français, des Espagnols, des gens du Chili, du Pérou, bref de partout. Nous on est vraiment dans un endroit ou l’on côtoie les touristes internationaux. Il y a aussi beaucoup de Chinois, des investisseurs. Ils sont partout et ils amènent des gens. Nous on est bien content d’être là et de voir dans quelque années ce que ça va être. » – Van 

 

« L’histoire de mon pays d’origine, ça a toujours été un grand mystère dans le sens où je n’étais pas très au courant de ce qui s’était réellement passé. J’ai dû moi-même faire mes recherches, me poser des questions, comme ‘d’où est-ce que je viens ?’, ‘pourquoi il y a eu la guerre ?’, ‘c’est qui la monarchie ?’, ‘c’est qui les communistes ?’, ‘qui est le Vietnam ?’. » – Souriya

 

« Il y a des gens des fois, des étrangers, qui se sentent plus québécois que les Québécois natifs. Il y a aussi le contraire. C’est sûr qu’en allant là-bas, on peut se laisser emporter par le côté exotique et adapter ses coutumes. Quand tu es un étranger et que tu vas visiter un pays, c’est sûr que tu as une passion pour ce pays-là d’avance. » – Souriya

 

« Ils ont du respect pour leurs aînés, le clergé, les figures d’autorité en général et surtout les professeurs. Je pense qu’il y a presque un culte qui se fait, parce que si t’es professeur et que tu as une classe, tu es quasiment vénéré parce que tu es quelqu’un dans la société. On s’entend, c’est un métier difficile. Ah ! Je comprends pourquoi tu veux devenir professeur maintenant, tu veux ‘scorer’ plus facilement, ha ha ha ! » – Souriya

 

Écoutez le podcast le plus écouté depuis le début de son existence maintenant :

 

 

comment vivre sa retraite au laos 15 ans deja podcast

le podcast le plus écouté de tous, 15 ans de retraite au Laos, Tony nous raconte

 

Un bon exemple du modernisme laotien de 2014 :

Film d’horreur du Laos financé par une levée de fonds populaire, ou crowdfunding, majoritairement par des gens des États-Unis https://torrentfreak.com/eztv-open-source-horror-movie-140617/

Il y a une semaine, le propriétaire EZTV Novaking est tombé sur une campagne Indiegogo lancée par une directrice du Laos visant à amasser des fonds pour son prochain film d’horreur « Nong Hak. »

Les cinéastes on tendu la main à la NovaKing de EZTV pour discuter des plans, et ils ont convenu que ce serait une bonne idée d’offrir leur précédent film « Chanthaly » dans le domaine public.

Donc, en plus de quelques autres avantages, les utilisateurs d’EZTV et tous ceux qui font un don à la production de «Nong Hak » auront la possibilité d’avoir accès à tous les fichiers sources du film d’horreur lao.

« La beauté de libérer le premier film au domaine public est le fait que les cinéastes amateurs peuvent obtenir tout cela à partir des fichiers de projet et flux vidéo brut d’un film existant, voir comment tout cela fonctionne, bricoler et même peut-être ré-éditer et faire une version différente du film » dit NovaKing TorrentFreak.

 

Pour le reste de l’émission et les nouvelles :

Célestine Foucher d’info birmane – une bonne entrevue, un peu lourde, mais intéressante et positive à la fin, qui va nous dresser un portrait politique et de la situation du droit humain de la Birmanie ou du Myanmar. C’est à suivre dans les prochaines émissions.

On a beaucoup de beaux retours de voyages des Philippines et du Japon. J’espère y aller ou y retourner bientôt. Ça commence à me démanger de partir et d’être « get lost » ailleurs que dans les couches à Singapour lol.

 

Des nouvelles de moi…

En parlant de couches, tout va bien. Le nouveau petit poupon et la maman sont en bonne santé, je suis dans mes recherches pour vous faire un petit dossier santé et naissance en Asie… Je n’aurai pas toutes les réponses, mais ça vous donnera des pistes.

J’ai officiellement commencé à conduire la voiture avec mon nouveau permis de conduire en poche. Tout va bien, je me suis bien adapté à la conduite à gauche… Jusqu’à maintenant aucun dommage et aucun blessé.

 

Des nouvelles de mes amis…

Laurent d’Asiatrek est en Ouzbékistan, toujours sur son vélo à voile, en direction du mont Fuji, 20 000 km remplis de surprises, vous verrez, j’ai une entrevue à vous faire passer dans les prochaines émissions. En attendant, visitez sa page :

http://asiatrek.skynetblogs.be/

Vonic, lui, est venu nous parler de son pélerinage annuel en Indonésie. Au programme : moto, volcan, arts martiaux et bien plus… On l’aura aussi prochainement dans l’émission. Il était un peu triste de revenir à sa vie de citadin français… ça va revenir, c’est un éternel enthousiaste.

On a atteint les 950 membres sur la page Facebook ! Merci à tous, ne vous gênez pas pour participer, envoyer des liens, des questions et des commentaires. Ça serait le fun que je ne sois pas le seul à animer son contenu. Ne lâchez rien, likez et partagez avec nous et vos amis !

 

Pour terminer, à propos de vivre et de faire des affaires au Laos et en Asie

Le Laos s’ouvre tranquillement mais sûrement. Tous les gens qui ont quelque chose à apporter sont les bienvenus. Que ce soit des connaissances, des idées nouvelles ou des ressources financières. Informez-vous si l’aventure vous intéresse, tout est maintenant possible au Laos ou dans le reste de l’Asie du Sud-Est. À vous de vous informer, on est toujours là pour vous donner un coup de main et vous aiguiller vers la bonne direction.

 

Visitez nos sections sur chaque pays de l’Asie du Sud-Est, il y a une mine d’or d’informations par le biais d’articles et d’entrevues avec des gens qui ont décidé de s’installer en Asie que ce soit pour la retraite, pour travailler ou pour partir en affaire. Laos, Thaïlande, Philippines, Japon, Chine, Malaisie et la liste ne cesse de s’allonger chaque semaine.

Serait-ce vous le prochain à nous raconter votre aventure !

 

Avez-vous des questions, des suggestions ? Laissez-nous un commentaire, ça nous fera plaisir de vous répondre. Vous n’êtes pas seul !

bobby Dennie

GetLostinAsia est édité par Bobby Dennie un canadien amoureux de l'Asie basé à Singapour qui couvre le terrain depuis 2007. visitez la page a propos GetLostinAsia is edited by Bobby Dennie a Canadian based in Singapore. I am a South East Asia travelling Junkie.I am writing and discovering asia since 2007.

More Posts - Website

Follow Me:
Google PlusFlickrYouTube

Related Images:

Related posts:

Facebook Comments