Critique de jeu : Thief

Thief

Lorsque j’ai vu ce jeu annoncé il y a quelques mois, je me suis dit « Wow! Il faut que je l’achète! » Je suis un fan de la série de jeux Thief. À mon avis, le meilleur jeu de la série fut Thief 2 -The Metal Age qui était génial, et donc mes attentes envers celui-ci étaient grandes. Cependant, quand j’ai su que c’était Eidos Montréal qui avait reprit la licence du fameux personnage Garrett et développer ce nouveau jeu, mes ardeurs se sont estompées. Il faut dire que je fais partie de ceux et celles qui n’avaient pas aimé le jeu : Deus Ex – Human Revolution réalisé par cette compagnie. Je trouvais que les graphiques dataient un peu lors de sa sortie sur le marché et que le gameplay était pas très génial. Et de ce fait, plus nous approchions de la sortie du jeu Thief et aucune campagne de publicité ne semblait se pointer à l’horizon. Serions-nous en présence d’un citron ? Heureusement, non!  :)

Le fait que la compagnie ait gardé le silence délibérément ou non sur ce jeu, m’a permis de ne pas me faire d’attentes. Et j’ai pu ainsi apprécier Thief à sa juste valeur. Le seul regret que j’ai, c’est que le jeu ne contenait pas les fameux automates (robots) alimentés par le feu que j’appréciais tant. Ceci dit, les premières cinématiques du jeu me semblaient très carrées au départ (les visages) et je m’attendais au pire mais on dirait qu’elles se sont améliorées par la suite, ce qui m’a plu. Ouf! Nous sommes vraiment en présence d’un jeu qui a vraiment de beaux graphiques, même si l’ambiance est sombre car on évolue toujours dans l’obscurité.

Pour l’histoire, nous incarnons le célèbre voleur Garrett. C’est lors d’une mission secrète pour récupérer un artefact et ce, accompagnée d’une jeune voleuse téméraire Erin, que la situation tourne mal. En effet, le duo de voleurs surprendront un petit groupe de personnes qui semblent faire appel à une force occulte. Résultat : la jeune fille Erin meurt et Garrett est laissé pour mort dans les décombres des lieux suite à une explosion. Heureusement, celui-ci est sauvé par des amis et il reviendra à ses sens. Par contre, un an de sa vie se sera écoulé depuis l’événement tragique. Beaucoup de choses ont changé dans la ville, et le célèbre voleur aura des visions de la jeune fille Erin qui semble vouloir lui délivrer un message. Grâce à son ami Basso, le célèbre voleur pourra faire la lumière sur tout ceci.

Si vous n’avez jamais joué à Thief, alors laissez-moi vous dire qu’il s’agit d’un jeu d’infiltrations dans le même style que les jeux de Splinter Cell d’Ubisoft avec des compétences similaires à celui d’Assassin’s Creed. Il ne s’agit pas de foncer tête baissée dans le tas mais plutôt de vous déplacer en silence dans le noir. Usant des ombres et des recoins noirs pour surprendre vos ennemis et les éliminer en toute discrétion. Vous pouvez ramasser des objets de valeurs ici et là dans les décors environnants. Pour jouer à ce genre de jeu, alors il faut vous armer de patience. Si vous n’en avez pas, alors ce jeu n’est pas pour vous. Donc, ce n’est pas le genre de jeu où l’on se précipite pour le terminer mais qui peut se faire par étapes, une mission à la fois. 

Ce jeu est un jeu à géographie ouverte, ce qui veut dire qu’il y a plusieurs façons de se rendre au même point. Ce qui est amusant, c’est que la ville est un véritable labyrinthe et l’on peut y découvrir des trésors cachés qui n’ont rien à voir avec les missions du jeu. Il vous faudra un bon sens de l’orientation car sinon, vous risquez de consulter la carte très souvent. Et même s’il y a un indicateur pour vous dire où vous rendre, quelques fois, vous allez devoir avoir recours à votre sens de l’observation pour débusquer les trésors les plus inaccessibles. Le jeu comporte 8 missions principales qui peuvent durer quelques heures, selon votre type de jeu : discret ou je frappe dans le tas (pas recommandé). Par contre, il y a Basso, votre ami, qui peut vous offrir des petits contrats supplémentaires si vous voulez vous faire plus d’argent.

L’argent vous permet d’acheter du meilleur matériel et même augmenter vos compétences de voleurs. Curieusement, je n’en ai pas eu de besoin tant que ça, car j’ai joué au mode normal, ce qui me donnait un challenge intéressant, sans non plus me prendre au dépourvu. En fait, je trouvais même que par endroit, c’était peut être trop facile. Heureusement, il est possible de refaire les missions et même augmenter la difficulté du jeu.

Coté graphiques, c’est dans la norme. Ni plus, ni moins. Et coté gameplay, comme j’ai joué avec une manette Xbox pour PC, ce fut simple. Mais, j’ai accroché un peu sur la rosace des armes qui semblait ne pas toujours sélectionner l’arme que je désirais. Par contre, comme je n’étais pas pressé, ce fut correct pour moi. Coté sonorité, évidemment, nous sommes dans l’ambiance discrète à l’affût de tout ce qui se passe car, le moindre bruit peut attirer l’attention si on ne fait pas gaffe. Donc, pour l’immersion, c’est parfait et les environnements sont très crédibles. J’ai aimé l’histoire en général et le seul point négatif : c’est que ma carte vidéo m’a fait quelques bugs à m’en faire quitter le jeu pour retourner sur le bureau. Pourtant, j’ai les derniers « drivers« , c’est peut-être un point à surveiller pour la compagnie ?

En terminant, si vous aimez les jeux d’infiltrations, je vous le recommande sans hésiter. Si vous êtes un amateur de la série Thief, je le trouve à la hauteur de ses prédécesseurs. Par contre, si vous aviez de trop grosses attentes envers ce jeu, vous risquez d’être déçu car il est dans les normes. Pas plus. Il n’est pas comme le jeu « Dishonored » dont le voleur a des pouvoirs quasi mystiques, ce jeu-ci est plus terre à terre. À mon avis, il mérite d’être joué!


Critique originalement parue sur le blog « Au coin de la critique« .

Rene Pineault

Est un amateur de Power métal, d'écriture et de jeux. Il peut littéralement avaler un jeu de A à Z à la vitesse du son. Il fera pour nous ses critiques de jeux toujours intéressante et bien écrite.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookGoogle Plus

Related posts:

Facebook Comments