Critique de jeu : How to survive

How to survive

En fin de semaine, un de mes bons amis à moi m’a lâché un coup de fil afin que je puisse essayer le jeu « How to survive« . Personnellement, cela ne m’attirait pas plus qu’il ne le faut, un jeu en mode isométrique à la Diablo 3, et ce, même si c’est un FPS de zombies. Toutefois, il me l’a offert en cadeau alors je l’ai essayé avec lui en mode coop et j’ai adoré! Honnêtement, j’ai été agréablement surpris, car je ne m’attendais pas à cela et je me suis vraiment amusé.

Comme je n’avais pas fait le tutorial du jeu en mode solo avant d’y jouer avec mon ami, je me suis vite retrouvé pris au combat avec des mangeurs de chairs et je me suis sauvé. Ceci dit, en ramassant des composantes au sol, comme des branches et des cailloux, j’ai pu me fabriquer une arme et prendre ma revanche sur mes ennemis. En fait, le jeu est tellement simple d’approche et intuitif qu’il est facile de fabriquer des objets qui nous aideront dans notre survie. Assembler des composantes va de soi.

Puis, on apprend que notre héros doit non seulement combattre des hordes de zombies, mais aussi subvenir à ses besoins vitaux comme manger de la nourriture saine, boire de l’eau et même dormir. Si vous manquez à cela, votre héros aura de la difficulté à tirer, à se battre corps-à-corps ou même, à courir hors d’une situation de danger, etc. Heureusement, il y a un système de compétences et de points d’expérience qui permettront de faire évoluer votre héros afin qu’il apprenne à faire du feu pour cuire sa nourriture par exemple, à fabriquer de meilleures armes, à gagner des compétences de tir à l’arc, et encore plus.

Le jeu vient en 2 modes : Mode histoire (solo et challenges) et le mode coop (challenges seul.) En ce qui concerne l’histoire du mode solo, vous vous échouez sur une île infestée de zombies mais heureusement, vous rencontrez Kovac, un homme mystérieux à l’accent russe. Il est prêt à vous aider grâce à son guide de survie, éparpillé en plusieurs chapitres et situés à différents endroits. Évidemment, tout cela vous est présenté dans une atmosphère humoristique et détendue afin de vous faire oublier le stress de la situation.

C’est un jeu qui combine le tir, la fabrication de composantes et l’évolution des héros avec des arbres de compétences. Il fait jour et nuit dans le jeu. Et la nuit est plus meurtrière car certains types de monstres ne se voient que lors de l’obscurité. Il a une bonne diversité de créatures. Il faut user de son intelligence pour gagner le passage dans des certains secteurs qui nous semblent interdits d’accès. Bref, il y a un peu de tout pour plaire aux joueurs de tout genre.

Coté graphique, ils sont beaux. C’est la norme et c’est fluide. Je n’ai eu qu’un seul bug dans toute la durée du jeu et c’était lorsque mon personnage s’était coincé dans le décor. Le gameplay est tout à fait facile, et ce, tant au clavier et souris qu’avec une manette de jeux pour PC. Bref, même du coté technique, il est réussi.

En terminant, je recommande ce jeu facilement à tous les types de joueurs car il combine plusieurs aspects intéressants. Pour le prix, il en vaut la peine.


Critique originalement parue sur le blog « Au coin de la critique« .

Rene Pineault

Est un amateur de Power métal, d'écriture et de jeux. Il peut littéralement avaler un jeu de A à Z à la vitesse du son. Il fera pour nous ses critiques de jeux toujours intéressante et bien écrite.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookGoogle Plus

Related posts:

Facebook Comments