Critique de jeu : State of Decay

state-of-decay

Je n’ai pas pu résister à la tentation d’acheter la version incomplète de « State of Decay« , un FPS à géographie ouverte. Premièrement, la raison pour laquelle les concepteurs du jeu l’ont appelé « version incomplète », c’est parce qu’il y a encore des petits désagréments dedans. Parmi ceux-ci, le jeu ne se joue pas avec le clavier et la souris. Vous devez avoir une manette Xbox360 pour PC (ou compatible) pour y jouer sur votre ordinateur.

Un autre point : c’est qu’il y a des problèmes de « triggers« . C’est à dire des événements clés que le joueur doit accomplir (déclencher) pour que la suite de l’histoire principale dans le jeu puisse continuer à progresser. Or, j’ai dû recommencer l’histoire 3 fois pour enfin la terminer car le jeu semblait tomber en mode « suspens » à chaque fois. Donc, il n’y avait que les missions secondaires qui se répétaient continuellement, sans que la mission principale arrive à terme. Je ne peux évaluer le temps exact pour terminer le jeu mais selon moi, c’est environ une bonne dizaine d’heures. Tout dépend, si vous désirez absolument tout explorer sur votre passage.

Et dernier lieu, il y a peu de choix dans le mode graphique que l’on peut configurer sur son ordinateur. Donc, j’ai dû jouer dans un mode qui n’est pas la résolution native de mon écran, ce qui m’a déçu un peu, mais au moins, j’ai pu jouer au jeu et m’y habituer ainsi.  :P

Malgré tout cela, j’ai aimé ce jeu. S’il y en a parmi vous qui se rappellent ma critique du jeu Dayz, j’avais fortement souhaité que quelqu’un en reprenne le concept mais avec une meilleure qualité. Je crois que les concepteurs de « State of Decay » y sont parvenus, certes, ce n’est pas parfait mais c’est beaucoup mieux que DayZ. Il faut dire que le jeu n’est pas une plateforme multijoueurs mais un jeu qui se joue tout seul. Cela évite bien des inconvénients.

Tout comme les jeux d’exploration comme Skyrim ou Fallout 3, « State of Decay » permet au joueur de se promener sur une carte assez grande et y découvrir de petites villes. Au début du jeu, on commence avec 2 personnages qui reviennent d’un voyage de pêche et découvrent, à leur grand dam, que la population semble atteint de folie furieuse. En explorant davantage les lieux, ils découvriront que la plupart des gens se sont transformés en zombies et qu’il ne reste que quelques survivants se terrant, ici et là, dans les ruines des villes barricadées.

Avec la découverte d’une église fortifiée, cela permettra au joueur de se recruter de nouveaux personnages qu’il pourra faire évoluer en compétences de combats ou autres. Le jeu combine le tir, l’exploration, l’évolution des personnages (compétences), de la cueillette de ressources pour faire de meilleures armes ou fortifier davantage les lieux de sécurité. L’histoire principale est tout de même intéressante. Cependant, beaucoup de missions secondaires ou principales ont une durée de vie. Et un problème survient lorsque l’on ne priorise pas la bonne mission, je crois que c’est cela qui m’a valu de recommencer l’histoire plusieurs fois.  :(

Oui, car je dois dire que le jeu ne se sauvegarde qu’en le quittant seulement. Les personnages peuvent mourir et on ne peut plus les utiliser. Donc, il faut bien les choisir, surveiller leur jauge de fatigue (ce qui les rend plus vulnérables) et améliorer leurs compétences. Je doute même que certains personnages doivent accomplir certaines missions en particulier, sinon le jeu ne déclenche pas la suite. Et comme nous ne pouvons pas charger une sauvegarde antérieure, on peut se retrouver coincé et devoir tout recommencer.

Ceci dit, je me rend compte que les armes à feu et les munitions, même si elles sont plus rares à trouver, ne sont pas essentielles. J’ai terminé le jeu avec des armes contondantes, ou même tranchantes (ex: une épée) sans difficulté. Il est aussi possible de se déplacer rapidement en voiture, mais vous attirez l’attention. Et n’oubliez pas une voiture, ce n’est pas un char d’assaut! Et j’avoue que lorsque la nuit tombe, ce n’est pas évident de se battre contre une horde de zombies, et ce, même si on a une lampe de poche. On y voit presque rien.

En terminant, malgré les inconvénients que j’ai vécus, j’ai aimé ce jeu. Et je crois qu’il pourrait plaire aussi au même genre de joueurs que moi. Tuer des zombies, c’est toujours amusant.  :)


Critique originalement parue sur le blog « Au coin de la critique« .

Rene Pineault

Est un amateur de Power métal, d'écriture et de jeux. Il peut littéralement avaler un jeu de A à Z à la vitesse du son. Il fera pour nous ses critiques de jeux toujours intéressante et bien écrite.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookGoogle Plus

Related posts:

Facebook Comments