Critique de jeu : Of Orcs and Men

OfOrcsAndMen

J’ai décidé d’acheter ce jeu pour 2 raisons : la première, c’est parce que l’on joue un orque qui a l’allure de Hulk, un de mes personnages préférés. Et deuxièmement, parce que c’est une histoire où l’on a la perspective des orques versus les humains. Malgré le fait que le jeu n’a pas reçu de bonnes critiques, j’ai tenté ma chance. Et j’ai rapidement compris pourquoi…

Ce jeu n’est pas mauvais en soi mais il manque de contenu et de flexibilité. Par contre, il a un superbe potentiel si les créateurs optimisent les lacunes pour une suite à venir. Commençons par l’histoire, on y incarne un soldat élite orque, Arkaĩl du clan des « Bloodjaws » et qui a pour mission d’aller mettre un terme à la folie de l’Empereur. Celui-ci a décidé d’exterminer tous les orques et les gobelins de la surface de la Terre ou de les rendre en esclavage. Oui, par le passé, les humains et les orques se sont battus à maintes reprises mais c’est la première fois où l’Empereur demande de l’aide des Elfes et des Nains pour accomplir son génocide.

Évidemment, les orques qui sont de moins en moins nombreux doivent à tout prix arrêter cette alliance. Et cette mission vous êtes confiée à vous : un orque Bloodjaw. Les « Bloodjaws » sont passés maîtres dans l’art du combat et parfois, ils se laissent aller à une vague sanguinaire en devenant totalement « Berserk ». C’est à dire que le joueur perd le contrôle du personnage dans le jeu alors que celui-ci se met à taper sur tout ce qui bouge à l’écran, y compris ses alliés. Et ce, jusqu’à ce que tout le monde soit mort, ou qu’on le tue ou qu’il tombe de fatigue. Cela peut devenir parfois incommodant.

Dans son périple, votre personnage rencontrera un gobelin assassin, Styx qui a le don de la parole. Ce qui est plutôt unique, puisque ces créatures sont réputées pour être stupides et attaquent souvent en clan comme des loups. Donc, dans ce jeu, il est possible de contrôler l’orque ou le gobelin selon la situation. Le gobelin a une faculté spéciale : celle de pouvoir devenir invisible à souhait et attaquer ses ennemis dans le dos en les tuant d’un seul coup. Cela a l’énorme avantage de ne pas éveiller les soupçons et éviter que tous les ennemis vous foncent dessus. J’ai failli terminer tout le jeu avec seulement ce personnage. Je me suis même demandé à quoi me servait l’orque ? Car, en toute honnêteté, si vous songez à foncer dans le tas avec Arkaĩl vous allez mourir rapidement.

Bon. Il est possible d’améliorer le personnage lorsqu’il gagne de l’expérience, on débloque de nouvelles attaques mais curieusement je n’ai guère vu l’avantage. En fait, j’utilisais toujours les mêmes combos ce qui m’a permis de passer rapidement à travers le jeu. C’est même le cas pour l’équipement, il y a quelques sacs sur notre route avec des pièces d’armures pour un ou l’autre personnage mais pas beaucoup. C’est comme si les développeurs avaient, je ne sais pas, à peine porter de l’intérêt à cela. J’ai trouvé un maillet et j’ai garder le même tout le long du jeu. Donc, est-ce que cette progression du personnage, de ses armes et des compétences en valaient la chandelle ? Bof!

Ensuite, c’est incroyablement linéaire comme déplacement. On part du point A au point B. C’est aussi simple que cela. Tous les tableaux sont comme des corridors et on ne peut pas en déroger. Dans le village, cela en est presque étouffant. Malheureusement, l’Intelligence artificiel des ennemis n’est pas à tout casser non plus. Ce qui rend le jeu extrêmement répétitif. On prend Styx, on le rend invisible, il assassine presque tout le monde et ceux qui restent, Arkaĩl s’en occupe. Lorsque l’on contrôle un personnage, l’autre possède un minimum d’intelligence et vient au secours de son ami. Or souvent, Styx se faisait massacrer pendant que Arkaĩl ne bougeait pas à coté de lui. Doh! Cela prenait plusieurs secondes avant qu’il ne se décide à attaquer. Bref, des lacunes de ce coté. On peut aussi mettre le jeu en mode ralenti pour donner des ordres (attaques) aux personnages à l’avance. Cela aurait été bien si le jeu ne décidait pas souvent d’effacer vos commandes pour improviser des attaques. Et cela en était de même aussi pour le ciblage des ennemis. Va attaquer celui-ci ! Non, il en prend un autre. Grrr!

Armé de patience, j’ai continué à jouer par périodes où je n’avais pas autre chose à faire. Et là, plus j’avançais vers la fin du jeu et plus, il devenait intéressant coté histoire. STOP! C’est pas le monde à l’envers, là ? Normalement, c’est au début du jeu que l’histoire doit être accrochante, pas à la fin !? Visiblement, une erreur de conception. Bref, un bon coté, le gameplay est assez simple et il y a de beaux graphiques en général. Par contre, dans la trame audio anglaise où le gobelin dit le mot « fuck » à toutes les phrases, c’est pas nécessaire et encore moins crédible. C’est quoi il vient d’un ghetto et va se mettre à faire du rap ? Hum.

En terminant, je ne recommande pas vraiment ce jeu, à moins que vous soyez curieux comme moi. Par contre, si les créateurs rendent les tableaux plus ouverts, peut-être pas à la Skyrim mais plus grands, ça risque d’être intéressant. Ajustez-vous pour l’histoire et l’intelligence des ennemis et je crois qu’une suite de ce jeu pourrait avoir beaucoup de potentiel. Car voyez-vous, jouer un gobelin et un gros orque qui bûche ses ennemis, c’est toujours agréable. Et c’est amusant de jouer l’autre coté de la médaille.


Critique originalement parue sur le blog « Au coin de la critique« .

Rene Pineault

Est un amateur de Power métal, d'écriture et de jeux. Il peut littéralement avaler un jeu de A à Z à la vitesse du son. Il fera pour nous ses critiques de jeux toujours intéressante et bien écrite.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookGoogle Plus

Related posts:

Facebook Comments