Le Japon et la Corée du Sud Vont-ils Devenir les Meilleurs Amis du Monde?

Park Geun-hye and Shinzo Abe

Il y a peut-être un espoir à l’horizon de les voir gambader dans les prés main dans la main. À peine quelques heures après avoir enfilé les running shoes présidentiels, Park Geun-hye donne une « leçon d’amitié » à son homologue Japonais en rencardant dès le départ toute la bullshit diplomatique.

Pour son inauguration, le premier ministre japonais avait envoyé son bras droit, Taro Aso. Lors des discussions avec Aso, Mme Park était déjà en mode friendship.

« Unresolved problems, including some dating back to history, are preventing us developing future-oriented bilateral relations, » citait un officiel du gouvernement coréen. « To build true friendship between South Korea and Japan, we need to face history squarely; we need to try to heal the scars of the past so they will not persist any longer, and we need to have heartfelt understanding of the suffering of victims. »

Elle a aussi mis en garde le premier ministre du Japon d’arrêter de titiller l’ulcère des relations Japon-Corée. La présidente sud-Coréenne fait allusion au « comfort women » durant la 2e guerre mondiale, et aux iles Takeshima (Dokdo pour les Coréens). La dispute des iles Takeshima est dans la même veine que les Senkaku/Diaoyu avec la Chine. Sans nier ces événements, Mme Park semble être la seule à saisir que ce ne sont là que pures conneries de principes historiques.

Le premier ministre japonais est reconnu pour ses idéologies nationalistes. Il n’a d’ailleurs cessé de la ramener durant les élections de l’an passé. Avant l’inauguration officielle de Mme Park, le cabinet Abe avait promis de s’imposer devant ses deux rivaux asiatiques. En janvier dernier, les relations semblaient vouloir rester au mieux merdiques.

Mais oh surprise! Récemment, Abe et son cabinet changeaient leur fusil d’épaule. Nouvel ordre du jour : redevenir de bons vieux potes avec la Corée du Sud. Le gouvernement japonais a abandonné l’idée de faire du 22 février le Takeshima Day, ce qui est un geste très significatif. Le Takeshima Day était l’une des promesses électorales du Liberal Democratic Party.

Ce changement coïncide drôlement avec le refus que lui a balancé l’administration Obama en regard au conflit Chine-Japon. Abe tenait à ce que les É.-U. soient à 100% avec le Japon face à la Chine. Obama et Kerry ont adouci leur position et ils évitent maintenant de choisir un camp. Abe aurait-il fait cette volte-face diplomatique avec la Corée du Sud s’il avait obtenu ce qu’il voulait des É.-U.? C’est une bonne question.

Il n’y a plus qu’à attendre le sommet bilatéral Japon-Chine-Corée. Le meeting devrait avoir lieu en mai prochain. C’est là que nous verrons si le « bullshitage » finira enfin.

Articles originale : Asahi Shimbun

Image : Wikimedia Commmons et Flickr sous Creative Commons

Carl T. Slater

Carl est un gaijin banlieusard paumé vivant à Funabashi, pas trop loin de Tokyo. Il n'a d'autre chose à offrir que des observations biaisées sur les trois dragons d'Asie, tout en essayant de ne pas trop faire honte à sa femme.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Related posts:

Facebook Comments